Donner du sens à votre danse pour un ressourcement spirituel.


Rana Gorgani encadre ces ateliers de danse soufie pour un expérience inoubliable.

 

À travers son enseignement vous pourrez experimenter cette danse sacrée appelée Samâ ou Semâ. Un apprentissage de mouvement nourrissant le corps et l'âme.



1 – Que signifie l’appellation « danse soufie » ?

 

Cette danse est une pratique spirituelle, qui porte le nom de Samâ signifiant « audition spirituelle » en lien avec le soufisme.

On connait cette danse tournante également sous le nom de « Derviches Tourneurs ».

 

2 – Pourquoi ne pas l’appeler la danse des derviches tourneurs ?

 

La danse des derviches tourneurs correspond à un courant précis, celui des soufis Mevlevis.

Rana Gorgani ne cherche pas à reproduire la danse très codifiée et chorégraphiée des cérémonies de derviches tourneurs comme celle que l’on retrouve en Turquie. La danse soufie recherche l’essence de cette communion avec le divin et non pas une reproduction d’un courant mystique.

C’est un espace de liberté totale, une recherche de la plénitude, une expérience personnelle et intime à travers la technique des tours giratoires.

 

3 – Que représente-t-elle ?

 

Le danseur tourne comme la terre tourne autour du soleil, il est alors en osmose avec l’univers en suivant la rotation du mouvement des planètes, il tourne du côté gauche, du côté du cœur.

 

4 – Pourquoi tourne-t-on ?

 

La réponse à cette question se trouve dans le Samâ ou « audition spirituelle » et seul celui qui tourne détient la réponse.

Pour connaitre les mystères et les secrets de cette danse, il faut vouloir soi-même tenter l’expérience, comme un voyage qui ne peut-être vécu sans un départ…

 

5 – N’a-t-on pas le vertige ou la nausée lorsque l’on tourne ?

 

La sensation de vertige est naturelle. C’est un élément essentiel à l’apprentissage de la danse soufie car par cette sensation de vertige ou de nausée le danseur prépare son corps à l’état d’extase, appelé ivresse mystique. Ces sensations peuvent être plus ou moins fortes d’une personne à l’autre.

La persévérance et le dépassement de soi font partie des étapes à parcourir pour tenter de rejoindre cette voie spirituelle où l’esprit et le corps s’abandonnent pour une libération de l’âme.

Avec le temps, le danseur acquiert une maîtrise de son corps et la sensation de vertige ou nausée disparaît pour laisser place à une sensation de plénitude.

 

6 – Pourquoi les danseurs portent-ils de longues jupes ?

 

La longue jupe, le plus souvent de couleur blanche, symbole de pureté, permet de mettre en valeur le mouvement circulaire du danseur, elle s’ouvre dans le mouvement circulaire.

La danse soufie est la danse des âmes et révèle l’énergie spirituelle. Cette énergie ne peut se voir à l’oeil nu car elle est insaisissable et sa couleur n’est autre qu’une lumière incolore, pure et transparente comme un miroir à travers lequel le monde se reflète.

Voilà pourquoi les mouvements de vagues infinies de la jupe permettent de révéler la présence de l’âme qui, telle une aura, enveloppe le corps et l’inonde comme le soleil qui offre sa lumière à la terre, source de vie sans laquelle nous ne pourrions exister.

 

7 – Sur quelle musique danse-t-on ?

 

La musique soufie est répétitive, souvent construite autour de Zekr (ou Zikr) désigne à la fois le souvenir et la pratique qui ravive ce souvenir. Les rythmes rappellent le battement du cœur et les boucles musicales mènent au Samâ et à l’ivresse mystique.

 

8 – Faut-il être croyant pour pratiquer cette danse ?

 

Oui, il faut être croyant. Il faut croire en l’amour.

L’amour de soi et des autres. Croire en nous avant tout et accepter de suivre cette voie, parfois semée d’embûches, de déception, de découragement mais aussi de rêves accomplis et d’espoir.

Le reste est sans importance, car à travers cette danse j’offre la possibilité à celui qui me regarde de se voir comme le reflet d’un miroir… Je suis moi et un tout à la fois. C’est une écoute entre soi et les autres…

 

9 – Faut-il avoir déjà pratiqué de la danse pour s’initier à la danse soufie ?

 

Il n’est pas nécessaire d’avoir déjà pratiqué de la danse. Chacun peut apprendre et maîtriser les techniques du tour tout en respectant son propre rythme et ses dispositions. Avec le temps et la pratique le danseur améliore la puissance et la vitesse de ses tours, il repousse ses propres limites…

 

10 – Y a-t-il une limite d’âge ?

 

Aucune limite d’âge.

La danse soufie est une danse instinctive. D’ailleurs, on peut remarquer que souvent les enfants se mettent à tourner spontanément et prennent plaisir à cette sensation de vertige.

Malheureusement en grandissant nous perdons cette spontanéité et cet élan. C’est pourquoi cette danse, telle une quête, nous ramène aux sensations de l’être qui furent niées au fil des années et du parcours de vie de chaque être humain.

 

4 bonnes raisons de pratiquer la danse soufie

 

• Une voie pour la méditation

• Une libération du corps et de l’esprit

• Une forme d’expression libre

• Une pratique physique bonne pour le cœur et le souffle